Une Santé pour tous et partout.

Les déserts médicaux devenant toujours plus nombreux, je m’engage à lutter pour y remédier et à faire en sorte que le serment d’Hippocrate soit appliqué partout et que nul ne soit laissé en état de souffrance.

Ainsi pour augmenter le nombre de soignants, je propose la réintégration de tous les soignants.

Je propose aussi la non taxation des soignants jusqu’à un revenu de 2000 euros par mois, la taxation actuelle s’appliquant au-dessus de cette somme.

Ainsi les infirmières, kinés….. pourront vivre convenablement sans courir derrière les patients, les kilomètres et les heures et ainsi mener en parallèle une vie privée tout en étant plus nombreux.

Les grandes écoles d’état (ENA, Saint Cyr, Polytechnique…) imposent à leurs étudiants un certain nombre d’années dans un poste de travail d’état (le choix étant fonction de leur classement).

Je propose qu’il en soit ainsi pour les médecins, les communes devront communiquer au ministère de la santé leurs besoins en soignants annuellement (généralistes et spécialisés). Les diplômés auront ainsi à choisir en fonction de leur classement, les endroits où ils iront commencer leur carrière.

Cela pour une durée de 5 ans.

Une autre alternative pour éviter les sur-concentrations de médecins à certains endroits et le déficit à d’autres,peut être d’interdire, comme pour d’autres métiers, la concurrence en limitant le nombre de médecins par tranche d’habitants. Cela se fait pour les cafés, les pharmacies, les kinésithérapeutes…

En revanche, tout soignant devra, par respect de son engagement à la signature du serment d’Hippocrate, soigner tous les patients avec un vrai système de garde le plus proche de la population. Ainsi aucun soignant ne pourra refuser de garde, le nombre rendant la chose moins fréquente.

Par contre, les malades imaginaires qui dérangent trop les soignants auront à payer des frais fixes plus importants et non remboursés.

Une part de frais non remboursés sera fixé pour tous mais pourra être offerte par le soignant en fonction du niveau de vie du patient.

Tous les frais médicaux seront revalorisés en fonction de la réalité.

Seuls les actes médicaux nécessaires seront remboursés (dents, ouie, vue….). Tout ce qui est esthétique( sauf réparation suite accident) ou hors nature, confort ou contraire au serment d’Hippocrate ne sera pas remboursé.

Les médecines non conventionnels seront reconnues si elles sont efficaces. Leur enseignement sera réglementé.

La tabac étant plus fumés par les pauvres que par les riches, il faudrait prévoir soit son interdiction totale soit un prix rédhibitoire pour les pauvres (30 euros le paquet).

Pour tout ce qui est des régimes de santé, il n’en restera qu’un, les régimes spéciaux seront enlevés. La vaccination sera libre, de l’autorité des parents.