Qui sommes nous ?

Yann de Kerimel, paysan et canditat sans parti

Yann de Kerimel

Marié et père de cinq enfants, je suis né à Lavelanet en 1976, fils d’agriculteurs.

J’ai fait toute ma scolarité en Midi-Pyrénées.
Après un bac scientifique, j’ai attaqué des études supérieures en production puis en environnement sur l’eau.
Mes études ont été entrecoupées par un service militaire dans la gendarmerie qui m’a permis de découvrir le sens du service.

Durant ma scolarité, j’ai fait de nombreux petits boulots. C’est en 2001 que ma vie professionnelle a commencé à Bordeaux à la Lyonnaise des Eaux. Dans cette grande entreprise j’ai rempli plusieurs fonctions pendant 8 ans.

A cette période je me suis engagé dans une association qui organisait des débats en faisant intervenir des personnes connues (tel que Pierre Berbizier, Eric de Montgolfier, Steven Gunnell … et d’autres politiques, journalistes, comédiens, artistes, juristes, magistrats, sportifs…), pour les interroger sur des sujets d’actualités. Cela m’a permis de développer mon esprit critique et de m’ouvrir à des sujets variés. J’y ai lié beaucoup de relations et d’amitiés. Cependant la Liberté, la nature, les ariégeois et l’agriculture me manquaient.

J’ai donc fait le choix de revenir dans ce pays qui m’a vu naître pour m’installer comme agriculteur. Dès 2010, me voilà donc éleveur de bovins viande.

Depuis 2013, je suis président de la coordination rurale et élu à la chambre d’agriculture. Siégeant à quelques commissions je touche du doigt les qualités mais aussi les défaillances d’un système politique et administratif centralisé, de plus en plus complexe et coûteux.

Je suis aussi investi dans un bar associatif puis dans des associations sportives.

Voyant la déconnexion des partis et de nombreux candidats vis à vis de la situation des ariégeois et des français, de la réalité économique et sociale du terrain, j’ai pris la décision de me présenter aux législatives.

Je souhaite défendre tous les ariégeois et les français dans leurs désirs de Liberté, d’autonomie, de justice. Je veux proposer une vraie décentralisation afin que les décisions soient prises en fonction de la réalité du terrain et des besoin des habitants.

Le clientélisme, le mille feuilles administratifs, le manque de liberté d’entreprendre sont autant de méfaits qui se déclinent tant sur le plan local, que sur le plan national.

Aussi, je veux vous servir en portant votre voix devant l’assemblée. Ceux qui m’ont déjà entendu parler ou crier peuvent témoigner à ceux qui ne me connaissent pas combien je saurais faire entendre votre voix.

Je sais que nous ne pourrons être d’accord sur tous les points mais je veux être votre député pour travailler avec vous pour le bien commun.

Travailler pour ce qui nous rassemble et non ce qui nous divise. Pour que chacun soit respecté et que ce que nous avons en commun nous rende plus humain.

Que nous remettions à l’honneur Liberté, partage, complémentarité, bienveillance, aide et service dont nous avons tous besoin.


Muriel Capdeville

Je suis née en 1980 à Saint-Girons. J’ai grandi à Rimont.

Après l’école communale, j’ai poursuivi ma scolarité au lycée-collège du Couserans où ma mère était enseignante, jusqu’en première, ; puis j’ai rejoint le lycée Pierre de Fermat à Toulouse.

Je me suis formée au métier de psychologue à la faculté de Toulouse puis d’Aix-en-Provence.

J’ai complété ma formation de psychologue par un diplôme universitaire de Sciences Criminelles. J’ai été formée aux Urgences médico-judiciaires de l’Hôtel-Dieu à Paris.

J’ai aussi été formée au travail auprès des bébés nés prématurément à l’Hôpital des Enfants de Toulouse-Purpan.

J’ai travaillé comme psychologue dans deux centres de consultations pour enfants, le Centre d’Action Médico-Social Précoce et le Centre Médico Psycho Pédagogiques qui m’emploient encore actuellement.

Parallèlement, j’ai supervisé des équipes travaillant en psychiatrie adulte au Centre Hospitalier du Couserans pendant plus de 10 ans.

J’ai été élue du personnel en 2014.

Je me suis engagé au syndicat Sud Santé Sociaux membre de SOLIDAIRES.

Pour moi, le syndicat est un moyen de défendre les intérêts moraux, éthiques et légaux d’une profession.

En 2020, j’ai été nominée sur la liste des défenseurs syndicaux d’Occitanie. Depuis, j’accompagne des salariés pour défendre leurs droits dans les Conseils de Prud’hommes d’Occitanie.

Je suis particulièrement investie sur les questions de protection de l’enfance, de respect des droits des parents, des usagers, le harcèlement et la souffrance au travail.

J’ai un fils, né en 2012 en situation de handicap, je suis particulièrement vigilante aux conditions d’inclusion de ces enfants.

Selon moi, l’intelligence et l’engagement doivent servir à protéger les plus vulnérables d’entre nous.

La vie m’a amenée à mener plusieurs combats de front, à apprendre rapidement, soutenue par le goût du juste et de la justice.

Nombreux sont ceux qui peuvent témoigner de ma détermination !

La rencontre avec Yann de Kerimel est l’occasion de mettre mes compétences au service des libertés fondamentales et de contribuer à construire un monde plus juste.

Je suis très attachée aux valeurs qui fondent une société juste et équitable.

L’indépendance de tout parti politique a été le moteur de ma décision d’accompagner Yann dans ce nouvel engagement.