L’économie

Vu l’endettement de notre pays, je souhaite contribuer à des dépenses mieux ciblées et éviter le gaspillage d’argent public.

Je souhaite ainsi revenir sur la loi de 1973 qui impose le passage par les banques privées pour les emprunts nationaux.

Je souhaite favoriser la création d’entreprise et d’artisanat sur tout le territoire, même pour les non diplômés, leur meilleur jugement sera celui de leurs clients.

Pour les entreprises, les taxations seront faîtes non par leur existence mais sur leur bénéfice.

Pour une simplification de la comptabilité, je me positionnerai pour la mise en place du paiement HT entre professionnels avec une carte pro (fin des dossiers TVA entre pros).

Les français étant les payeurs des dépenses de l’état, c’est à eux d’accepter une augmentation d’impôts, cela devra donc se faire par référendum.

Le mille feuille administratif, les commission et autres complexité ayant été mises en place par des élus, il semble juste que ces deniers participent à l’effort collectif et ainsi réduisent leur train de vie.

Aussi, je souhaite mettre fin au cumul des mandats et de leurs avantages :

  • Fin des cumuls de revenus dans la haute administration et les élus.
  • Fin des cumuls de retraites dans la haute administration et les élus.
  • Fin des régimes spéciaux et alignement de tous les régimes de santé et de retraite.
  • Réduction du mille feuille administratif trop cher et trop compliqué. Les décisions locales doivent se prendre par une administration locale (les mairies doivent reprendre la main de leurs services (permis de construire, écoles, alimentation, agriculture, paysage…).

Le financement des entreprises et cabinets conseils privés ne doit pas se faire par l’argent public. Si un élu veut des conseils privés qu’il n’a pas autour de lui gratuitement ou par les employés du public, qu’il le paye donc de sa poche.

Pour réduire les dépenses publiques, il faut aussi :

  • Cesser le financement des lobbys communautaristes.
  • Cesser le financement public des associations autres que d’utilité publiques.
  • Cesser le financement public des partis politiques et des syndicats
  • Cesser de financer du tourisme déficitaire.